item3

29 décembre 1830 – La Malade, Le Cabinet de lecture. Le poème, signé Gérard, sera repris dans Les Annales romantiques, 1831, sous le même titre et la même signature ; dans l’Almanach des Muses, 1832, sous le même titre, comme première pièce de l’ensemble des Odelettes ; dans La Bohême galante, apparaît le titre La Sérénade (d’Uhland), et dans les Petits Châteaux de Bohême La Sérénade (imitée d’Uhland), avec la précision à la fin du texte : « Musique du prince Poniatowski ».

Voir la notice LA CAMARADERIE DU PETIT CÉNACLE

******

 

LA MALADE

 

« Oh ! quel doux chant m’éveille ?
– Près de ton lit je veille,
Ma fille, et n’entends rien :
Rendors-toi, c’est chimère…
– J’entends dehors, ma mère,
Un chœur aérien !
 
– Ta fièvre va renaître…
– Ces chants de ma fenêtre
Semblent s’être approchés…
– Dors, pauvre enfant malade,
Va, point de sérénade…
Les amants sont couchés !
 
– Les amants… que m’importe…
Un nuage m’emporte…
Adieu le monde… adieu !…
Maman, ces sons étranges,
C’est le concert des anges
Qui m’appellent à Dieu ! »

GÉRARD

item1a1